fbpx

Éruption volcanique au Kivu (RD Congo)

Partenaires-producteurs
Éruption volcanique au Kivu (RD Congo)

Contexte

Nos partenaires-producteurs de café au Congo subissent les conséquences de la récente éruption volcanique près de la ville de Goma. Depuis, l’aide internationale pour la région se met en place.

Après l’éruption inattendue du volcan Nyiragongo, le samedi 22 mai, les habitants de la ville congolaise de Goma ont fui la catastrophe. Dix quartiers de la ville ont été évacués, avec un total de 416 000 résidents, selon l’ONU.

L’éruption a coûté la vie à 32 personnes, des milliers de maisons ont été détruites par les coulées de lave et un grand réservoir d’eau qui venait d’être construit pour alimenter la ville en eau se retrouve enseveli sous un mètre de pierres de lave. L’éruption a été rapidement suivie de violents tremblements de terre. Au total, il y en a eu environ 260, d’une force supérieure à 5.

Entre-temps, de plus en plus de personnes sont retournées dans les quartiers évacués. Toutefois, le danger n’est pas encore écarté : le volcan semble s’être calmé, mais le code d’alarme rouge reste en vigueur.

Source : VRTNWS.be

Lire la suite dans cet article (27 mai) et cet article (31 mai)

Conséquences pour les partenaires d’Oxfam

Dans la région de la catastrophe, Oxfam collabore avec les coopératives de café Sopacdi et Muungano. Leurs membres et leurs champs de café sont situés à une certaine distance au sud de Goma et principalement dans des zones plus élevées autour du lac qui n’ont pas été directement touchées par l’éruption volcanique. Mais le chaos qui règne dans la région est énorme et touche tout le monde.

Dans le bas de Goma se trouvent les entrepôts de café où celui-ci est préparé pour l’exportation. Ici, les coulées de lave qui ont détruit des milliers de maisons se sont arrêtées à moins de 300 mètres des entrepôts. Cependant, en raison des gaz libérés, il reste à voir si le café lui-même sera de bonne qualité. En raison de l’incroyable chaos qui règne dans la région, il n’est pas certain que les exportations se déroulent sans heurts et que les coopératives reçoivent les paiements des acheteurs sans trop de retard.

Les quartiers détruits abritaient de nombreuses femmes qui travaillent pour les coopératives pendant la saison d’exportation, en triant le café et en retirant les grains défectueux de la récolte. Ces femmes, qui avaient déjà si peu, ont maintenant tout perdu.

Oxfam Congo est actif dans les camps de secours rapidement établis à Sake, un village à environ 15 kilomètres de Goma vers lequel de nombreuses personnes ont fui. Les infrastructures d’eau et mesures d’hygiène, telles que la construction de latrines, sont au centre des préoccupations. Oxfam participe à des consultations avec OCHA (ONU) et d’autres ONG sur la meilleure façon d’organiser cet abri d’urgence.

Oxfam Belgique a envoyé un don exceptionnel ainsi qu’un lot de vêtements et de chaussures d’occasion pour les victimes. Beaucoup ont fui précipitamment et ont perdu leurs biens à la suite de l’éruption ou des répliques sismiques.